Chapitre 7 : Du parc de Skaftafell au champ géothermique de Geysir

Nous nous arrêtons à la maison du parc de Skaftafell.

Notre guide nous propose deux possibilités : soit de faire une ascension (assez difficile) pour aller voir la cascade Svartifoss, soit d’aller jusqu’au glacier  Skaftafellsjökull par un chemin balisé et pratiquement plat.

Dominique choisit la cascade, moi le glacier.

Svartifoss

DSC_0227

DSC_0228

Ce qui fait la renommée de cette chute n’est pas sa taille ou sa puissance mais les magnifiques formations d’orgues basaltiques que l’on peut voir autour et qui lui on donné son nom (svart=noir).

DSC_0226

De plus, la présence d’arbres aux alentours (bouleaux) rend le site très différent de ce que l’on peut observer habituellement en Islande.

DSC_0223

Skaftafellsjökull

est la langue glaciaire issue du Vatnajökull qui jouxte le parc national de Skaftafell à l’Ouest.

300_2518

La glace présente parfois une couleur bleue plus ou moins marquée : c’est le cas plus elle est compressée et dense.

300_2521

Les traces noires recouvrant le glacier, qui pourraient être assimilées à de la pollution,

300_2526

sont en fait le résultat de l’accumulation de débris minéraux transportés par les vents, ou bien le fait du travail du glacier lui-même lors de son déplacement.

300_2522

 

Nous traversons le désert d’Eldhraun (coulée de feu)

DSC_0237

Il s’agit d’un énorme champ de lave, le produit de la plus grande coulée de lave volcanique de la Terre dans les temps historique. Sa superficie est de 565 km2.

300_2551

Le Laki

Entre les glaciers Mýrdalsjökull et Vatnajökull, il y a une zone de fissures en direction sud-ouest à nord-est. Sur une distance de 25 km, on trouve 130 cratères qui émirent 14 milliards de m3 de lave basaltique, d’acide fluorhydrique et de dioxyde de soufre, entre 1783 et 1784, causant l’éruption volcanique la plus importante du dernier millénaire, avec des conséquences catastrophiques pour l’Islande et des très importantes perturbations météorologiques en Europe.

300_2544

L’éruption provoque la plus grande catastrophe naturelle de ce pays. Outre l’importante superficie noyée sous les laves, les cendres volcaniques contaminent les pâturages avec le fluor qu’elles contiennent.

300_2550

Une importante partie du cheptel du pays meurt d’intoxication, représentant la moitié des bovins ainsi que les trois-quarts des ovins et des chevaux.  Il s’ensuit une famine chez la population qui entraîne la mort de 9 336 personnes, soit entre 21 et 25 % de la population islandaise de l’époque, ainsi qu’un important exode.

300_2547

Maintenant, ce vaste champ de lave rugueuse est recouvert d’une épaisse couche de mousse velue. La mousse peut s’accrocher sur des roches stériles, et fournit ensuite le sol pour les plantes supérieures, qui commencent à coloniser Eldhraun.

300_2554

Vík

Vík est une localité située sur la côte sud de l’Islande. En 2011, on comptait 291 habitants. Le village est un centre de service et de commerce pour les habitants des environs, étant donné qu’il s’agit de la seule commune dans un rayon de 70 km.

300_2563

Le village est situé au sud du glacier Mýrdalsjökull. Il est considéré comme particulièrement à risque en cas d’éruption du volcan sous-glaciaire Katla, sous le Mýrdalsjökull.

300_2567

L’éruption de l’Eyjafjöll situé à l’ouest du 20 mars au 27 octobre 2010 fait craindre l’entrée en éruption du Katla, ces deux volcans étant considérés comme liés. Cette éruption engendre une surveillance accrue du Katla par les autorités islandaises.

300_2566

300_2560

300_2569

300_2561

Les Reynisdrangar (littéralement, « rochers des trolls ») sont des pitons rocheux volcaniques perdus en bord de mer.

Reynisfjara est une plage de sable noir située à proximité de Vík.

300_2575

De là, nous avons admiré les Reynisdrangar.

300_2573

300_2574

Cette plage présente différents aspects selon les endroits : sable plus ou moins fin,

300_2583

galets de toutes tailles, légère végétation.

300_2584

300_2586

L’étendue de sable se poursuit à l’Est et à l’Ouest, en bordure du village de Vík

300_2582

Hálsanefshellir est une grotte située au pied d’une des falaises du mont Reynisfjall. Elle est constituée d’orgues basaltiques, une formation géologique particulière se présentant sous la forme de colonnes hexagonales juxtaposées, ici verticalement.

300_2587

Dyrhólaey s’apparente à un promontoire s’avançant dans l’océan et dont la hauteur atteint les 120 mètres environ. Sorte d’Étretat islandais avec son arche volcanique, son nom signifie littéralement« l’île (eyja) avec la porte (dyr) dans la colline (hólar) ».

300_2591

Skógasafn

Skógasafn est un musée folklorique situé dans le village de Skógar au sud de l’Islande.

300_2635

Aujourd’hui, le musée compte une collection extensive d’objets illustrant la vie en Islande de la période du peuplement à l’époque moderne.

300_2637

Plus de 12000 objets sont présentés à travers trois espaces différents et néanmoins complémentaires.

300_2629

Le musée en plein air présente des bâtiments et habitats traditionnels islandais (ferme en tourbe traditionnelle, église luthérienne, école, maisons…)

300_2602

300_2601

Hormis l’église luthérienne consacrée en 1998, qui a été construite à partir d’éléments d’églises anciennes, tous les bâtiments présentés au musée sont originaux

300_2624

Skógafoss

Skógafoss  est une cascade située sur la rivière Skógá, dans le petit village de Skógar, dans le sud de l’Islande.

300_2657

La rivière Skógá se jette de ses falaises et tombe de 62 mètres en formant une chute d’une largeur de 25 mètres.

300_2668

300_2659

La chute est une des plus célèbres et des plus visitées du pays.

300_2660

Seljalandsfoss

Seljalandsfoss est une chute d’eau du sud de l’Islande mesurant 65 mètres de hauteur.

300_2673

Elle se trouve à proximité de la chute de la Skogafoss.

300_2683

Sa particularité est la possibilité de passer derrière et ainsi d’admirer la chute différemment et de la rendre plus impressionnante.

300_2676

300_2681

 

Voici la troisième cascade encore plus impressionnante que les deux autres

Gullfoss (la « chute d’or ») est une succession de deux chutes d’eau d’Islande situées sur la rivière Hvítá.

300_2702

Son nom provient de l’arc-en-ciel que l’on peut souvent voir au-dessus.

300_2705

D’une hauteur de 32 mètres et d’une largeur de 70 mètres, elle se trouve à quelques kilomètres du site de Geysir et forme avec celui-ci et Þingvellir le « cercle d’or », une attraction touristique très populaire.

300_2710

300_2716

Une histoire raconte que la fille du propriétaire de la cascade menaça de se jeter dedans si la rivière était utilisée pour produire de l’électricité, projet qui fut alors abandonné.

300_2720

300_2727

 

Le champ géothermique de Geysir est un ensemble de sources chaudes, d’un dôme et d’un cône volcanique qui constituent les restes d’un ancien volcan d’Islande.

DSC_0007

C’est l’un des sites géothermiques touristiques les plus importants du pays, notamment grâce à ces geysers comme Geysir et Strokkur, le seul encore actif.

DSC_0013

Contrairement à Geysir, qui peut rester dormant pendant des années,

DSC_0015

DSC_0030

Strokkur est très actif et produit une éruption toutes les 5 à 10 minutes. Il projette de l’eau chaude dans les airs à une hauteur de 20 mètres.

DSC_0021

DSC_0023

300_2749

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :