10-La statue équestre de Gengis Khan

La statue équestre de Gengis Khan

est située à 54 km d’Oulan Bator,

sur les berges de la rivière Tuul, au lieu-dit de Tsonjin Boldog.

A l’entrée du site :

DSC_0612

un arc de triomphe

300_9455

La statue est imposante : 40 mètres de haut,

elle est posée sur un socle circulaire de 10 mètres.

300_9457

Ce socle est composé de 36 colonnes,

chaque colonne représente un des rois qui a succédé à Gengis Khan !

Elle est en acier inoxydable pèse presque 250 tonnes.

DSC_0611

Gengis Khan aurait trouvé à Tsonjin Boldog une cravache en or.

La statue est orientée vers l’Est, vers le lieu de naissance du conquérant.

L’intérieur de la statue propose la visite d’un musée qui expose des vestiges de l’âge du bronze ainsi que de l’Empire Xionglu.

On peut y observer une botte de Gengis Khan mesurant 7 mètres !

300_9469

Une réplique de la légendaire cravache d’or de Gengis Khan

300_9468

Le visiteur a également la possibilité de porter des costumes typiquement mongols

300_9484

Dinna n’a pas hésité

300_9485

Nous prenons l’ascenseur puis les escaliers pour pénétrer à l’intérieur de la tête du cheval !

300_9464

Heureusement le ciel est couvert sinon elle nous aurait éblouie avec le soleil 

300_9471

Impressionnant !

300_9477

Belle vue panoramique

300_9473

A cette heure il n’y a pas foule !!

300_9480

Au loin le monument dédié à Hoelun, qui n’était autre que la mère de Gengis Khan.

300_9478

300_9461

…………….

300_9481

Du très beau travail dans les détails !

300_9479

……………….

300_9482

Pour nous, dans nos livres d’histoire, Gengis Khan était un sanguinaire, qui avait soif de conquérir le monde et de l’asservir mais ici en Mongolie, il est vénéré !!! Il avait construit un grand, très grand empire !

« Celui qui n’obéit pas au Iassa perd sa tête. […] De même qu’il n’y a qu’un dieu invisible dans le ciel, il n’y a qu’un maître sur la terre, c’est moi, Gengis Khan. […] Le devoir des Mongols est de venir quand j’appelle, d’aller quand j’ordonne, de tuer qui j’indique. […] Le plus grand bonheur du Mongol est de vaincre l’ennemi, de ravir ses trésors, de faire hurler ses serviteurs, de se sauver au galop de ses chevaux bien nourris, de se servir du ventre de ses femmes et de ses filles comme de couches et de prendre plaisir à leur beauté… »

(Citation trouvée sur Internet ) 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :